Antilles Manutention Services (AMS), fournisseur d’équipements  de manutention et de stockage, est une filiale du Groupe Plissonneau. L’activité manutention de Plissonneau est présente sur les 4 départements d’outre-mer à travers AMS aux Antilles-Guyane et PROMATEX à la Réunion.                                                                                                                                 En Martinique, elle propose ses services depuis plus de 20 ans aux entreprises des secteurs de la distribution, de l’industrie et du BTP.

Rencontre avec Eric Dupré, directeur de cette activité qui emploie 27 personnes.

Quels sont vos principaux produits ?                                                                                                                                                                    Nous disposons de deux grandes familles de produits : les chariots élévateurs et les nacelles à travers une vaste gamme correspondant aux besoins des importateurs, des logisticiens, des industriels et des entreprises de BTP, notamment grâce trois grandes marques premium de matériels dont nous sommes les concessionnaires exclusifs

– JUNGHEINRICH, constructeur allemand qui détient une part très significative du marché mondial, vraiment reconnu par les utilisateurs comme un produit de hautes qualité et fiabilité.

– UNICARRIERS, la nouvelle marque des chariots NISSAN et  ATLET, spécialiste des chariots en milieu froid ; l’ensemble vient d’être racheté par MITSUBISHI.

– MANITOU, constructeur français spécialisé dans les chariots industriels et les chariots-nacelles télescopiques ou rotatifs avec des gammes donc à la fois pour l’industrie, le BTP et les activités agricoles.

Faites-vous aussi de la location ?                                                                                                                                                                                  Il y a trois façons de satisfaire les besoins de la clientèle en matière d’équipements intra-logistiques ; la vente, la location longue durée, qui intègre un haut niveau de service, et la location courte durée. Les deux premières représentent respectivement 70% et 30% des livraisons de machines neuves.

La troisième façon consiste à proposer des locations de courte durée qui correspondent à des besoins spécifiques de surcroit d’activité ou d’indisponibilité de ses propres machines ; mais aussi, particulièrement dans le BTP, les locations à durée de chantier. L’entreprise gagne un chantier qui va durer 4, 6 ou 18 mois, elle fait une location pour la durée de ce chantier, réduisant ainsi ses besoins d’investissement et contrôlant parfaitement ses coûts.

Nous proposons aussi du rayonnage industriel. L’enjeu consiste, dans un dépôt logistique, à permettre la meilleure utilisation du volume disponible pour optimiser les capacités de stockage de produits ; c’est un point clé qui permet au logisticien d’espérer la meilleure exploitation de son outil de travail. Selon que le rayonnage était bien ou mal pensé, on a pu constater des écarts de productivité allant jusqu’à 30%. AMS a  un réel savoir-faire reconnu en la matière, récompensé par des parts de marché significatives.

Pouvez-vous nous parler du service après vente ?                                                                                                                                           C’est un point clé dans notre secteur d’activité. En effet, il y a là des enjeux de productivité et de rentabilité très importants car nos clients sont pour la plupart des utilisateurs intensifs. Une machine en panne c’est une partie de l’activité à l’arrêt, un investissement improductif et un cariste au repos. L’enjeu c’est donc que les machines tombent le moins souvent possible en panne et, quand c’est le cas, qu’elles soient réparées ou remplacées le plus vite possible. C’est pourquoi nous avons conçu des contrats de service pour faire face à tous les besoins et faisons de gros efforts pour avoir les meilleurs résultats possibles. Notamment :

– Le contrat de maintenance, qui comprend des visites périodiques où nous faisons des travaux d’inspection et d’entretien classiques : vidange, graissage, filtration, nettoyage. Un certain nombre d’organes sont contrôlés pour vérifier leur usure et, le cas échéant, suggérer leur remplacement sans attendre la panne.

– Le contrat Full service qui inclut extension de garantie, entretien complet, remplacements de pièces d’usure  et machine relais ; bref tout est inclut sauf les dommages volontaires ou accidentels. Cette formule est souscrite par 30% des entreprises et ce taux est en progression constante.                                                                                                                                                                                                                                      Dans la majorité des cas,  le service se fait chez le client parce que c’est plus rapide mais il est parfois nécessaire de faire revenir la machine en atelier dans les cas où il faut des équipements et un outillage particulièrement lourd qui ne sont pas facile à déplacer. Si le contrat le prévoit, on prête alors au client une machine relais.

Vous êtes combien d’employés ?                                                                                                                                                                                 La division manutention emploie 27 personnes et nous prévoyons 6 recrutements aux Antilles-Guyane en 2016. L’année 2015 a été un excellent cru sur le plan commercial et nous sommes confiants sur le développement en 2016. L’effectif devrait donc passer à 33/35 personnes dans le courant de l’année. Le marché est plutôt bien orienté et, à l’intérieur de ce marché, nous gagnons des parts tous les jours.

2015 a été une bonne année pour vous, 2016 s’annonce sous de bons auspices, cela voudrait-il dire que la crise est passée ?                                                                                                                                                                                                                                  Je pense que, dans le succès commercial que nous avons connu en 2015 et qui s’annonce pour 2016, il y a pour une part le moral des chefs d’entreprise et leur vision de l’avenir qui s’améliorent. Les chefs d’entreprises sont davantage prêts à investir pour soutenir leur compétitivité, même si ça reste fragile ; il y a aussi le cycle inévitable de renouvellement des machines qui arrivent en fin de vie. Enfin, la dernière raison de ce succès est qu’AMS fait de gros efforts pour mieux satisfaire les besoins de sa clientèle. Nous sommes très motivés et très concentrés sur notre mission et nos objectifs.

AMS est clairement dans un schéma gagnant qui lui permet de surperformer largement la croissance globale de son marché.

Propos recueillis par Philippe Pied.